جماعة الدشيرة الجهادية
La Réflexion dans l'Action.

Sahara Occidental : les indépendantistes sahraouis confiants dans le soutien de l’Algérie à leur cause

0 35

En plein soulèvement contre le système Bouteflika en Algérie et à trois jours de la deuxième table ronde sur le Sahara Occidental convoquée par l’ONU à Genève, un représentant de la société civile sahraouie répond à trois questions de Franceinfo Afrique.

La rédaction de franceinfo Alain Chémali

Alors que le monde a les yeux braqués sur le mouvement de contestation qui secoue l’Algérie depuis le 22 février 2019, le Maroc et le mouvement indépendantiste du Front Polisario ont les leurs rivés sur les conséquences qu’un changement pourrait avoir sur la situation au Sahara Occidental.

Source de conflits entre l’Algérie et le Maroc, depuis la marche verte lancée en 1975 par le roi Hassan II et l’émergence du mouvement indépendantiste du Front Polisario soutenu par le pouvoir algérien, ce territoire contesté est un véritable casse-tête pour les Nations Unies.

Le Maroc rejette toute autre solution qu’une autonomie sous souveraineté marocaine, alors que le Front Polisario, qui a proclamé depuis l’exil dans le sud algérien une République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) en 1976, réclame un référendum d’autodétermination.

L’émissaire personnel du secrétaire général de l’ONU, Horst Kohler, a convoqué les parties au conflit pour une deuxième table ronde les 21 et 22 mars 2019 à Genève en vue de renouer les discussions, au point mort depuis 2012.

Le président du comité Action et réflexion pour l’avenir du Sahara occidental, Najem Sidi, favorable au combat du Front Polisario pour l’indépendance, livre les premières réflexions sahraouies sur la situation.

Franceinfo Afrique : Avez-vous été surpris par le soulèvement actuel en Algérie et quel regard portez-vous dessus?

Najem Sidi : Ce qui se passe en Algérie ne nous a pas surpris, ni étonné la plupart des observateurs de la vie politique algérienne, preuve de la vitalité de la vie démocratique dans ce pays ami. C’est une question interne algérienne.

Cependant, nous sommes impressionnés par le caractère pacifique et bon enfant des manifestations, et leur déroulement en bon ordre. Ce qui est rare dans notre région. Les Algériens ont eu le courage, le civisme et la responsabilité d’organiser ces manifestations. Il n’y a pas eu de répression ni de heurts. Par contre, si les Marocains avaient organisé de telles manifestations, ils auraient été réprimés et tabassés, comme ce fut le cas pour les militants du Rif, au nord du Maroc.

Craignez-vous qu’il y ait des conséquences à terme sur l’avenir de votre mouvement et de la RASD?

La position officielle de l’Algérie sur la question du Sahara Occidental est une position de principe, cohérente, découlant des constantes de la lutte de libération algérienne. Les récents développements en Algérie ont montré que les manifestants croyaient, dur comme fer, aux principes de la révolution du 1er novembre. Ce qui signifie qu’il n’y aurait aucun changement dans la position algérienne sur la question du Sahara Occidental. Celle-ci est considérée comme une question de décolonisation inscrite sur les listes des Nations Unies. L’Algérie soutient la cause sahraouie conformément aux valeurs et principes fondateurs de la lutte du peuple algérien pour son émancipation.

Ce soutien indéfectible n’est pas l’affaire de tel ou tel homme. Le président Boumedienne est parti, El Ouali, leader du Front Polisario, est parti. Notre mouvement a continué d’exister car émanant de la volonté d’un peuple. Il faut retenir que le combat que nous menons bénéficiera toujours de l’appui solidaire du peuple algérien, car dirigé contre la violation des droits des peuples.

Quel peut être votre plan B, si comme l’écrit l’auteur marocainTahar Ben Jelloun dans le 360, « le Polisario est dans les bagages de Bouteflika »?

Le Maroc, qui siège à côté de la République sahraouie à l’Union africaine, devrait réfléchir à la reconnaissance de la République sahraouie. C’est ça, le plan « B ». Depuis longtemps, l’écrivain marocain, thuriféraire du régime expansionniste et oppressif, chantre de l’occupation illégale du Sahara Occidental, souhaite dans une diatribe la disparition du Front Polisario, pourtant unique et légitime représentant du peuple sahraoui.

Le Front Polisario est là, représentant d’un peuple aspirant à la liberté. Il est affligeant qu’un écrivain comme Ben Jelloun piétine les principes les plus élémentaires des droits humains, dont celui sacré de l’autodétermination des peuples. Et la France, qui a une influence importante dans la région, qui est de surcroît amie du Maroc, pourrait et doit contribuer à la recherche d’une solution juste et pacifique. Donc la France doit s’acquitter d’un rôle plus actif marqué de neutralité et plus équilibré pour l’avènement de la paix, de la stabilité et de la coopération dans la région et entre ces peuples.

Leave A Reply

Your email address will not be published.